Yves Nicolin prêt pour les élections législatives de 2012

Article du progrès du 2 septembre 2011

image gauche

Une rentrée puis une autre. Hier, le député UMP Yves Nicolin a fait sa rentrée politique. Deux jours après celle du maire de Roanne. L’occasion de commenter certains dossiers, et de se positionner pour les législatives tout en égratignant - déjà - une éventuelle adversaire.

Candidat à sa succession aux législatives de 2012

« J’ai cru comprendre que certains s’interrogeaient ». Une référence à la position de Laure Déroche (notre édition de mercredi). Ce n’est pas son cas. Il a dit hier qu’il serait candidat. Dans une 5 e circonscription élargie, avec la suppression de la 6 e, qui « va passer de 67 000 à 99 931 électeurs ».

S’il ne se dit pas officiellement en campagne, il prépare le terrain, « avec le soutien de Pascal Clément », ancien ministre et actuel député, et souligne avoir été très bien accueilli là où il s’est rendu.

Si Laure Déroche est son adversaire, il s’en réjouit : « J’ai gagné les législatives, elle les municipales, ce sera la belle ».

Et d’ironiser sur ses déclarations lorsqu’elle « décriait le cumul des mandats ».

« On ne peut m’opposer d’avoir beaucoup dévié dans ma ligne politique. Laure Déroche, et cela me gêne un peu, aura soutenu tout le monde : Royal, Delanoé, Martine Aubry, DSK avant ses ennuis, puis François Hollande ».

Un plan de stationnement « pas très cohérent »

« Une mesure impopulaire, mais responsable » a déclaré Laure Déroche à propos du nouveau plan de stationnement. Yves Nicolin valide le premier qualificatif, pas le second.

« Il est présenté comme plus équitable, mais il va surtout rapporter plus d’argent à la Ville avec une zone de stationnement payant élargie. Pas 500 places supplémentaires, mais bien 900 places de plus. On va privilégier le stationnement de courte durée, et assommer ceux qui se garent plus d’une heure. Et qui seront obligés de trouver une autre solution », déclare-t-il.

Et de noter « l’enclave du parking Saint-Louis », gratuit, qu’il craint de voir devenir un refuge pénalisant l’activité du centre commercial.

Il considère que « ce plan n’est pas très cohérent » tout en reconnaissant la nécessité de lutter contre les « voitures ventouses ».

Selon lui la « vraie cohérence aurait été de barrièrer les parkings existants : Hôtel de ville, Minimes, Benoît Malon, Charles de Gaulle. C’est à ce prix qu’on arrivera à faire tourner les voitures ».

Le marché doit rester place du Marché

« Pour l’instant il fait beau. Attendons l’hiver, il y aura moins de forains sur un espace plus grand, ce sera moins convivial. Je pense que le marché doit rester place du Marché », explique le député. Et de rappeler que dans Cœur de Cité, des travaux sont prévus pour l’accueillir.

Halle Vacheresse : « une réussite »

« L’inauguration de la Halle Vacheresse est une bonne nouvelle. Le chantier est une réussite, le résultat aussi ». Une satisfaction d’autant plus grande lorsqu’il rappelle que l’agrandissement de l’équipement et son transfert à l’agglomération ont été prises le 25 février 2008. Alors qu’il présidait encore le Grand Roanne.

Deux autres projets le satisfont : la piscine biotope et l’agrandissement du golf, à Villerest. « Extension, agrandissement, ou peut l’appeler comme on veut. Alors dans l’opposition, les élus ne voulaient pas mettre un sou et là c’est 1,5 million d’euros. Je regrette cette hypocrisie ».

Dans l’attente pour GPV, un projet d’envergure pour Steria

Le fabricant d’enveloppe GPV, dont le site roannais emploie 57 salariés, est en redressement judiciaire. Il fait l’objet de plusieurs offres de reprises. Yves Nicolin a dit s’être beaucoup investi, avec la direction et la CGT, auprès du candidat allemand dont l’offre contient une reprise partielle de l’activité roannaise. Il explique aussi avoir proposé sans succès à La Poste de reprendre comme filiale l’activité enveloppe prétimbrée (15 salariés). Dossier à suivre. Yves Nicolin a aussi évoqué un projet d’extension de Steria (maintenance informatique à distance), dont l’unité roannaise emploie 120 personnes. Une bonne nouvelle à confirmer (1). Le groupe, dont il a rencontré la vice-présidente et le directeur France mercredi, à Paris, envisagerait une extension sur 3000 m 2 de locaux pour passer rapidement à 240 salariés. « Avec tous les partenaires (Grand Roanne, Agence de développement, CCI), il y a une grosse mobilisation. La décision, réhabilitation ou construction d’un bâtiment, sera connue fin septembre. Avec moi, ils n’ont pas évoqué d’autres hypothèses que Roanne ».

(1) Hier nous avons essayé sans succès de joindre le directeur du site.

Eric Garrivier