Stop, ça suffit !

Plutôt que des attaques de personne, passons à "l'attaque" du gouvernement et de la gauche !

image gauche

Monsieur Ciotti parle ce matin de "bunkerisation" de Jean-Francois Copé. Tout cela est bien triste et pourrait prêter à sourire, si cela ne faisait pas pleurer...

Cela prête à sourire quand on pense que le "bunkerisé" Jean-François Copé est probablement la personne la plus en contact avec les militants et la plus ouverte aux négociations : la campagne de terrain qu'il a faite auprès des militants, les rencontres avec les militants depuis le 18 novembre à Nancy ou à Chartres, la conférence téléphonique avec l'ensemble des cadres des fédérations, l'animation constante du Bureau politique de l'UMP, les propositions récurrentes de faire une équipe dirigeante collégiale à 50/50, la proposition de réduire de moitié son mandat en revotant en 2014, la proposition d'un referendum en janvier, etc... Sont autant d'éléments d'ouverture.

Pourtant, ces propos sur la "bunkerisation" sont plutôt tristes. En réalité, ils font de la peine à l'ensemble des militants. Il est blessant d'employer de tels termes à l'encontre de sa propre famille. Il est blessant de traiter de mafieux ou de fraudeurs des personnes qui ont dépensé toute leur énergie et mis toutes leurs convictions pour soutenir François Fillon et son Gouvernement. Car ceux qui subissent aujourd'hui ces insultes sont bien les premières victimes de cette tragi-comédie bien pathétique. Ceux qui sont aujourd'hui désignés à la vindicte médiatique sont ceux qui étaient la, sur le terrain, dans les meetings, place de la Concorde ou au Trocadéro.

On ne peut qu'être profondément peinés d'être aujourd'hui méprisés par ceux en qui on croyait et qui dépensent maintenant leur énergie à démolir publiquement leur propre parti.

Alors, plutôt que de poursuivre les insultes personnelles, souhaitons que François Fillon et ses amis reviennent à la table des discussions et de l'UMP qu'ils ont unilatéralement quitté. Il le faut pour la dignité et l'honneur de notre famille politique et de ses responsables. Il le faut pour que l'UMP consacre toutes ses forces à son travail d'opposition à la gauche, la seule opposition qui devrait nous occuper.