Sorti de crise place des promenades

Fin de la grève de la faim

image gauche

Place des Promenades : sortie de crise
Yves NICOLIN et l’ensemble des élus de Roanne Passionnément se félicitent qu’une solution satisfaisante ait été trouvée grâce à la médiation entre la Chambre de Commerce et d’Industrie et la Mairie de Roanne.

 


Le député avait dès la semaine dernière proposé une médiation.
Ils saluent le courage des commerçants et de tous leurs soutiens qui se sont mobilisés et qui ont fait preuve d’une grande solidarité pour sauver leur commerce et leurs emplois.  Cette mobilisation n’est pas un combat personnel ; elle aura permis de redonner un peu de dynamisme et d’attractivité au centre ville de Roanne puisque 90 places de stationnement seront créées à proximité de la Place des Promenades.
Alors que depuis plus de 2 ans les élus de l’opposition municipale, les commerçants et de nombreux roannais dénoncent la suppression massive de places de stationnement et le fait que de nombreuses autres soient rendues payantes, on ne peut que regretter qu'il ait fallu attendre que la grève de la faim en soit à son 9ème jour pour enfin faire entendre raison au maire de Roanne.


Laure Déroche qui a longtemps soutenu qu’elle ne ferait aucune concession (encore dans l'édition de samedi matin du Progrès par l'intermédiaire de sa première adjointe Mme Riamond) s'est finalement rendue aux arguments de bon sens.
Yves Nicolin regrette fermement le temps perdu.
Yves Nicolin et les élus de Roanne Passionnément, échaudés par  de nombreux engagements non tenus, restent particulièrement attentifs aux suites qui seront données, aux promesses faites ce jour aux commerçants.

 

Courrier envoyé aux élus hier




Chers Collègues,


Nous sommes au huitième jour de la grève de la faim de 6 commerçants de la place des promenades.

Quelles que soient nos divergences politiques, on ne peut pas rester dans une situation de blocage telle que celle-ci.

Vouloir limiter le trafic de transit en centre ville n’est pas forcément incompatible avec une capacité de stationnement utile au bon fonctionnement des commerces et notamment pour des achats rapides.

La suppression brutale de nombreuses places de stationnement place des promenades et rue Alsace Lorraine ne peut être compensée par des places déjà existantes, même si elles sont sous utilisées, à plusieurs centaines de mètres de l’activité commerçante de la place des promenades.

Nous le savons tous, devant une raréfaction du stationnement, de nombreux roannais, c’est déjà le cas, font d’autres choix et reportent leurs achats sur les zones commerçantes de la périphérie.

Des solutions sont possibles sans remettre en cause le nouvel espace végétalisé de la place : une soixantaine de places en épi tout au long de la prolongation de la rue Alsace Lorraine (qui sera à une seule voie de circulation) devant les commerces de la place des promenades est possible. D’autres places peuvent également être positionnées, sans bouleversement du projet, dans l’arrondi ouest de la place masquées par une haie végétale.

Etre élu c’est trouver des solutions et non créer des problèmes. Que l’on soit favorable ou non à l’action désespérée de personnes qui n’ont d’autres objectifs que de défendre leur outil de travail et leur emploi en allant jusqu’à mettre en péril leur santé ne peut prêter à dérision.. Cette situation ne peut pas être traitée, comme cela a été fait jusqu’à présent, par le mépris, l’ironie et l’entêtement.

Pourquoi faire une différence en manifestant aux côtés de salariés qui se battent pour leur emploi et aujourd’hui considérer que d’autres qui manifestent aussi pour leur emploi, devraient être des citoyens de seconde zone.



Pendant ce temps, comment ne pas être choqué de voir le peu de considération pour des gens qui perdent une grosse partie de leurs revenus quotidiens alors que dans le même temps, la ville signe une note pour que les services se mettent en 4 pour venir en aide à des propriétaires de véhicules dont les pneus ont été crevés la veille dans le quartier du parc. Comment , au mépris de la loi peut-on aller jusqu’à donner des instructions au garage municipal de proposer aux victimes de monter les roues de secours, de faire commander des pneus par la ville pour les personnes qui en feront la demande en leur faisant bénéficier d’un tarif préférentiel, de réparer lorsque c’est possible ou monter des pneus neufs, en terminant la note par « cette mission donne tout son sens à l’action du service public pour apporter un soutien aux personnes qui en ont besoin » ?

Y a-t-il plusieurs catégories de personnes dans notre ville ? Certaines auprès desquelles on se précipite pour leur venir en aide aux frais des contribuables et d’autres que l’on ignore ou que l’on méprise allégrement.

Vous ne pouvez, même en étant qu’élus de la majorité, rester silencieux sauf à devenir complices du mépris qui peut, mais alors il serait trop tard, tourner au drame.

Réagissez ou subissez. A vous de choisir.