Yves NICOLIN premier défenseur du scolaire Roannais

Fermeture de classes

image gauche

Messieurs,

 

 

En tant que Député, depuis 1993, chaque année, je suis amené à me pencher sur les éventuelles fermetures de classes dans les différentes écoles de la circonscription et cette année n’échappe pas à la règle.

 

Chaque année aussi, il nous est annoncé des enseignements impossibles qui en définitive se passent plutôt bien. D’ailleurs, dans le département de la Loire, on peut noter à ce titre que le taux d’encadrement des élèves des écoles maternelles et élémentaires s’est même amélioré depuis 2007. En effet, le nombre de classes est passé entre 2007 et 2012 de 2530 à 2542 et les effectifs de 59779 à 59768 soit un nombre d’élèves par classe est de 24,11 à 23,88, ce qui conduit à une amélioration du taux d’encadrement des élèves.

 

Néanmoins, sachez que j’ai été interpellé par un certain nombre d’Elus et de parents d’élèves qui ont souhaité me rencontrer pour aborder avec moi leurs inquiétudes de voir certaines classes menacées de fermeture. C’est ainsi que j’ai pu recevoir dans mes bureaux les parents d’élèves de Briennon, de Pouilly les Nonains, de St Alban les Eaux, de St Jean St Maurice, de Charlieu et prochainement ceux de la Pacaudière. J’ai été sensibilisé sur chacune de ces situations et j’ai noté les arguments qui m’ont été développés. J’ai par ailleurs rencontré le Directeur Académique de la Loire Jean-Paul Vignoud le 24 février dernier et depuis je l’ai eu au téléphone à plusieurs reprises. Je pense ainsi disposer des éléments qui m’ont permis d’intervenir auprès de l’Inspection Académique.

 

Aussi, j’ai bien pris note de la manifestation que vous organisez le 17 mars prochain, malheureusement je ne pourrai vous recevoir n’étant pas disponible à ce moment-là.

 

Vous le savez, l’Education Nationale a été, est, et reste la priorité numéro 1 du gouvernement et du Président de la République puisque le budget que le Parlement est appelé à voter chaque année reste le premier budget de l’Etat avec près de 61 milliards d’euros pour 2012 et celui-ci a d’ailleurs augmenté de 0,7 % par rapport à 2011 où il était de 60,5 milliards. Il représente 1/4 du budget global de l’Etat hors charge de la dette. Qui peut donc oser dire qu’avec de tels chiffres l’Education Nationale ne serait pas une priorité du gouvernement de François FILLON ?

 

Il faut également rappeler que le budget de 2012 représente un effort financier important à hauteur de 8.000 euros par élève, enseignement supérieur compris et qu’à ce titre là, il est l’un des premiers d’Europe.

Je me permets de vous rappeler que les évaluations de CE1 et CM2 sont en net progrès partout en France et notamment grâce à l’introduction d’une personnalisation de l’enseignement. Dans le même temps le nombre d’élèves ayant des connaissances insuffisantes régresse fortement en Français (-13 %) et se stabilise en mathématique.

 

 

Je peux aussi vous rappeler que la France consacre 6 % de son PIB à l’éducation nationale et que notre plus proche partenaire qu’est l’Allemagne ne lui consacre que 4,7 %.

 

En ce qui concerne la baisse des effectifs dans l’Enseignement, le Ministre de l’Education Nationale et par voie de conséquence le Directeur Académique garde au cœur de ses priorités la nécessité d’apporter un taux d’encadrement satisfaisant pour les élèves.

 

Il est à noter que si l’Education Nationale a supprimé des postes ces dernières années, beaucoup proviennent de postes hors classe dont le nombre avait fortement augmenté les années précédentes.

Enfin, pour votre complète information il faut noter qu’à la rentrée 2011 on comptait dans notre pays 34.000 professeurs de plus et 540.000 élèves de moins qu’en 1990.