Beaucoup de bruit pour rien

Communiqué de Presse

image gauche
Beaucoup de bruit pour rien
 
Malgré son engagement de campagne de ne pas recevoir la presse à l’Elysée considérant « qu'il n'y a pas de domicile pour accueillir les journalistes », c’est bien au palais présidentiel que François Hollande a tenu sa première conférence de presse du quinquennat.
Si cela peut paraitre anecdotique, ce reniement symbolise parfaitement le ton employé par le Chef de l’Etat qui pendant plus de deux heures n’a cessé de revenir sur ses engagements de campagne. Qu’il s’agisse de la hausse de la TVA qu’il jugeait en janvier 2012 comme « inopportune, infondée et improvisée », de la compétitivité qu’il a complètement ignorée pendant la campagne, de la crise qu’il a découverte au mois de septembre, ou de sa soudaine volonté de réduire la dépense publique après avoir fustigé la Révision Général des Politiques Publique engagée par le Gouvernement de François Fillon, le Président de la République a renié les unes après les autres les promesses faites aux Français.
Aucun cap n’a été fixé, aucune annonce de fond n’a été faite et le Président de la République qui s’est contenté d’incantations et de palabres ne semble toujours pas prendre la mesure de l’urgence qui s’impose à notre Pays. Les nombreuses hausses d’impôts infligées aux ménages et aux entreprises et le manque de courage politique en faveur de la compétitivité économique laissent entrevoir une année 2013 particulièrement difficile sur le front de l’emploi et de l’économie.
Il est désormais urgent que François Hollande quitte ses habits de candidat, cesse l’autosatisfaction permanente pour prendre les mesures nécessaires qui permettront à la France de sortir du marasme dans lequel elle s’enfonce un peu plus chaque jour.
 
                                                                       Yves NICOLIN