Menacé d’expulsion, Yves NICOLIN intervient

Article du progrès du 10Juin 2011

image gauche

 

La mobilisation a visiblement payé. La nouvelle est tombée hier matin. Menacé d’expulsion, Ousseynou Diop, scolarisé au lycée Carnot, peut finalement poursuivre ses études. Le député Yves Nicolin s’est empressé de nous annoncer la nouvelle hier : « Je viens de régler le cas d’Ousseynou Diop. J’ai rencontré le préfet. Ce jeune homme pourra poursuivre son cursus scolaire jusqu’au bac ».

Tel était le but premier de la mobilisation née fin mai, quand ce lycéen de seconde professionnelle électrotechnique, arrivé en France en 2009 à l’âge de 16 ans après avoir quitté le Sénégal, a reçu un courrier de la préfecture de la Loire, le sommant de quitter le territoire français d’ici fin juin (lire notre édition de mercredi).

Depuis, tout son entourage - famille d’accueil, professeurs, personnel du lycée Carnot, camarades de classe, coéquipiers de son club de football - remuait ciel et terre pour empêcher qu’Ousseynou Diop, orphelin de père et de mère depuis ses 8 ans, ne soit reconduit à la frontière.

Hier, au téléphone, le parlementaire assurait par ailleurs : « Dès la rentrée prochaine, on va étudier les solutions pour qu’il puisse rester en France ».

Dans un communiqué de presse transmis hier après-midi à notre rédaction, la section de Roanne de la Ligue des droits de l’Homme se réjouissait de cette « excellente nouvelle ». Avant de nuancer : « Nous avons toutes les raisons de craindre que, comme Ousseynou, d’autres jeunes Ligériens d’origine étrangère ne reçoivent, dans les jours prochains, une implacable obligation de quitter le territoire, qui mettra un terme à leur formation, et à tous leurs espoirs de se reconstruire dans la sérénité ». Et de s’interroger sur « la rationalité financière et une politique qui met en péril les efforts de ces jeunes, qui, pendant deux ou trois ans, sont pris en charge et encadrés par des équipes pédagogiques et éducatives ».