« Oui, je serai candidat aux municipales pour reconquérir la ville de Roanne »

Article du progrès du 1 Février 2013

image gauche

Gonflé à bloc. Rentré le matin même de Paris après le lancement, mardi, du débat parlementaire sur le mariage pour tous, le député Yves Nicolin respirait hier soir la forme.

Son écrasante victoire (1) aux dernières législatives de juin, face à la candidate socialiste et actuelle maire de Roanne, n’étant pas étrangère au ton vindicatif et combatif de son discours. « A l’annonce que nous frôlions en juin les 56 % sur Roanne et que nous avions 12 points d’avancer sur la maire dans sa propre ville me fit prendre conscience que nous pouvions peut-être fonder quelques espoirs pour la reconquête de 2014 ». Loin d’être un secret de Polichinelle, la reconquête de la mairie de Roanne, voilà l’objectif que l’ancien locataire de l’Hôtel de ville a clairement affiché hier soir.

Tout comme sa méthode, que l’on qualifiera de participative en invitant les Roannais à « être les acteurs de leur ville », et son credo : le développement économique et l’emploi. « On mettra en pratique cette politique dès notre élection en 2014 » avançait-il hier.

Malgré ce discours combatif et assuré, Yves Nicolin ne veut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Loin de toute volonté revancharde vis-à-vis de Laure Déroche dont il n’a jamais cité le nom hier soir, il compte se battre, reconquérir la mairie et ne pas, séquence émotion, refaire les mêmes erreurs qu’en 2008. « J’assume l’entière responsabilité de notre défaite aux municipales de 2008.

Considérant que tout ce que nous avions fait pour transformer notre ville serait suffisant pour que les Roannais nous reconduisent pour un second mandat, j’ai pêché par orgueil ». Aussi l’ancien maire de Roanne compte-t-il faire sienne l’expression « Faire profil bas » afin de séduire de nouveau les Roannais.

(1) Aux côtés de sa suppléante Clotilde Robin, le député Yves Nicolin a été réélu en juin pour un 5e mandat avec 56.65 % des suffrages contre 43,65 % pour son adversaire

Une salle comble Hier, près de 3 500 personnes, contre 3 200 l’an passé, se sont pressées au Scarabée pour la cérémonie des vœux du député Nicolin, qui commençait à 19 heures. Mais une heure avant le début du show, les premiers spectateurs patientaient déjà. « On a installé 3 800 sièges, il en reste 200 ou 300. On a encore un peu de marge pour l’année prochaine » s’amusait le parlementaire.

Stéphane Fournéron