Un député UMP demande à Bartolone de renoncer au voyage des députés à Berlin par souci d'économies

Article du blog de Jean Marc MORANDINI

image gauche

Un député UMP demande à Bartolone de renoncer au voyage des députés à Berlin par souci d'économies

Le député UMP de la Loire, Yves Nicolin, a demandé dans un courrier au président de l'Assemblée nationale, de renoncer à son projet d'inviter les 577 députés français à la célébration du 50e anniversaire du traité de l'Elysée, le 22 janvier prochain en Allemagne, à titre d'"exemple concret" de réduction des dépenses publiques.

"La crise financière, économique et sociale qui touche notre pays nous oblige à agir avec plus de modestie et de rigueur quant à l'utilisation de l'argent public", écrit M. Nicolin dans sa lettre à Claude Bartolone.

Le député de la Loire propose de "réduire les invitations à une délégation restreinte de chaque groupe parlementaire".

"Nous devons être exemplaires vis-à-vis des Français auxquels votre majorité demande tellement d'efforts", ajoute Yves Nicolin.

Les 577 députés de l'Assemblée nationale doivent participer, le 22 janvier, au Bundestag, à un déjeuner suivi d'une séance plénière en présence de François Hollande et Angela Merkel à l'occasion des 50 ans du traité de l'Elysée, marquant la réconciliation franco-allemande et la coopération des deux pays sur la scène européenne.

 

 

Courrier envoyé à Claude BARTOLONE:

 

Monsieur le Président,
 
J’ai bien reçu votre courrier invitant les 577 députés de l’Assemblée nationale à participer le 22 janvier prochain, au Bundestag allemand, à un déjeuner suivi d’une séance plénière en présence du Président de la République française et de la Chancelière Fédérale allemande, à l’occasion du 50ème anniversaire de la signature du traité de l’Élysée.
 
Ce traité est un élément fondateur du rapprochement entre nos deux peuples et notamment entre les jeunes générations qui constituent les forces vives de nos pays respectifs. A ce titre, mais aussi parce que la solidité du couple franco-allemand a besoin d’être renforcée pour redonner confiance en l’Europe, le 50ème anniversaire de sa signature mérite d’être célébré.
 
Néanmoins, la crise financière, économique et sociale qui touche notre pays nous oblige à agir avec plus de modestie et de rigueur quant à l’utilisation de l’argent public. Est-il réellement nécessaire que les contribuables paient les frais de déplacement et d’hébergement des 577 députés de notre assemblée pour assister à un déjeuner suivi d’une séance plénière ? Je ne le pense pas.
 
A l’heure où les nouvelles technologies permettent de se rencontrer et d’échanger sans se déplacer, je pense que notre Assemblée aurait tout à gagner, tant en image que sur le plan financier, à faire preuve de modernité.
 
Je ne nie pas la portée symbolique de l’évènement et la nécessité que Français et Allemands soient physiquement réunis en un même lieu pour célébrer le 50ème anniversaire du traité de l’Élysée. Je vous propose donc de réduire les invitations à une délégation restreinte de chaque groupe parlementaire qui constitue notre Assemblée.
 
Monsieur le Président, en tant qu’élu de la République nous devons être exemplaires vis-à-vis des français auxquels votre majorité demande tellement d’efforts.
 
Je vous propose à travers cet exemple concret de réduire les dépenses publiques pour atteindre ce même objectif.
 
Il est coutume de dire que les petits ruisseaux font les grandes rivières, aussi, je vous invite une nouvelle fois à faire preuve de la plus grande vigilance en matière de dépense publique.
 
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, mes sincères salutations.