Transparence à géométrie variable du Ministre de l'Intérieur

Voitures brûlées

image gauche

Yves NICOLIN tient avant tout à féliciter l'ensemble des forces de l'ordre - policiers nationaux, gendarmes et policiers municipaux - ayant contribué à garder un caractère festif aux différentes manifestations de la nuit de la Saint Sylvestre.

Le Ministre de l'Intérieur, a pris le risque de réinitier les compétitions entre quartiers et entre bandes rivales qui traditionnellement jouent "à celui qui brûlera le plus de véhicules". À ce jeu de pompier pyromane, Manuel Valls a donc rendu public, une augmentation, mais surtout une liste détaillée par département du nombre de véhicules brûlés alors que sur le terrain, les forces de l'ordre savent très bien les conséquences de ce type de "classement"...

Yves NICOLIN tient surtout à dénoncer le double discours du Ministre de l'Intérieur qui consiste à révéler le nombre de véhicules brûlés alors même que les chiffres de la délinquance du mois de Novembre ne sont toujours pas publiés. Les chiffres de la délinquance sont-ils cachés ? La "transparence" en tant qu'axe majeur de communication a donc ses limites.

Yves NICOLIN exige du Ministre de l'Intérieur une véritable transparence. Les Français ont le droit de savoir le nombre d'entre eux qui subissent l'explosion du nombre des atteintes aux personnes depuis le mois de Novembre, dont la responsabilité incombe en grande partie à la politique pénale mise en œuvre par le Garde des Sceaux : fin des peines planchers, numerus closus dans les prisons, rétablissement de la culture de l'excuse...

Dans ce même esprit, il serait intéressant de révéler à la presse quelles seront les suites judiciaires données aux 399 interpellés de cette nuit. Combien en effet seront réellement amenés à faire face à leur responsabilité pénale pour leurs actes ?