Salles de shoot, le retour !

voici le grand retour des salles de shoot

image gauche

Il y a deux semaines, Marisol Touraine présentait son projet de loi dans lequel elle a dévoilé des mesures anti-tabac ou encore des mesurettes pour la réforme hospitalière. Dans cette présentation, les propos de la ministre de la santé sont passés presque inaperçus : "il conviendra de définir le cadre de l'expérimentation de salles de consommation à moindre risque. ». Et voici le grand retour des salles de shoot.

En effet, le Gouvernement a voulu permettre par décret cette consommation de drogues alors que le Conseil d'Etat, sollicité par le gouvernement lui-même, avait rendu un avis négatif en novembre 2013. Rappelons que ce projet fou permettrait de consommer des produits illicites et dangereux en toute tranquillité. Le Conseil d'Etat, dans sa sagesse, avait rappelé l'incompatibilité en l'état de ce projet avec la loi de 1970 qui interdit l'usage de stupéfiants.

En dépit des doux euphémismes de Madame Touraine sur "les salles de consommation à moindre risque", cette légalisation partielle de la consommation de drogues pose de graves problèmes moraux : l'Etat peut-il interdire d'un côté et permettre la consommation de produits illicites de l'autre? Quelle image de l'autorité renvoie-t-on en agissant de la sorte? Comment expliquer aux enfants, aux jeunes et à leurs familles, que se droguer est non seulement illégal mais mauvais pour la santé, tout en étant praticable dans certains lieux et organisé par les forces publiques elles-mêmes ?

Ce n'est pas le moment d'embrouiller davantage les consciences : l'autorité de l'Etat, des forces de police ou des forces de justice sont suffisamment remises en question pour ne pas ajouter à la confusion et à la perte de repères actuelles. N'oublions pas qu'il ne s'agit pas seulement de santé publique mais de respect de la loi et de l'autorité publique.