Fermeture le dimanche

Une triste victoire pour ceux qui veulent endormir la France et une nouvelle entrave à la liberté des Français

image gauche

Le TGI de Paris a condamné aujourd'hui la société Carrefour à la fermeture de son magasin de la gare de St Lazare le soir après 21 h et le dimanche. Cette décision de justice si elle ne peut être critiquée dans sa nature est toutefois le résultat de l'acharnement de syndicats qui ne laissent pas aux salariés le choix de leurs horaires de travail.

Après les salariés des magasins de bricolage contraints à ne pas travailler pour des combats idéologiques, voici une nouvelle illustration de la rigidité des partenaires sociaux français qui n'hésitent pas à imposer leur vision à la Gare St Lazare, la 2ème gare d’Europe.

La comparaison avec d'autres grandes gares européennes comme celle de Londres est cruelle. Tous les commerces y sont ouverts 7 jours sur 7, permettant aux Européens et Londoniens de faire leur course à l'horaire de leur choix et créer de l'emploi local.

Cette décision va à l'encontre de l'aspiration à la liberté de toujours plus de Français, telle qu'identifiée par Jean-François Copé.

La première, la liberté de travailler. Il n'est plus concevable quand le chômage atteint des records que des organisations décident de restreindre les possibilités d'embauche pour des motifs idéologiques.

La deuxième, la liberté d'entreprendre. Quand la France recherche à tout prix la croissance qui permet de maintenir le modèle social, limiter dans le temps la possibilité d'offrir des produits et des services est un non-sens.

La troisième enfin, la liberté de consommer. Quand des salariés, fatigués par une journée de travail n'ont plus le droit d'acheter leurs produits, simplement près de leur gare de passage, ces syndicats sont disqualifiés pour parler du bien -être au travail.