Peillon : « De l'improvisation à la provocation »

Réforme des vacances d'été

image gauche

En pleine fronde des différents acteurs de la communauté éducative, sur la semaine de 4,5 jours, le Ministre de l'Education Nationale annonce au cours d'une émission télévisée le raccourcissement de deux semaines des vacances d'été. « Recouac » ou provocation ?

Qu'elle qu'en soit la raison Monsieur PEILLON se trompe sur le fond et sur la méthode.

Seule une approche globale du calendrier scolaire intégrant la journée, la semaine et l'année permettra une réelle amélioration.

Car s'il n'y a pas de rythme idéal, la solution la plus appropriée est celle qui concilie les rythmes biologiques des enfants et des enseignants (le 7/2), les rythmes économiques, qui permettent de financer les investissements matériels et immatériels et les rythmes climatiques surtout dans un pays dont le tourisme constitue l'un des pans majeurs de l'économie.

Ce qui exige une concertation avec l'ensemble des partenaires : enseignants, familles, élus locaux, acteurs économiques et donc le passer de la culture de la circulaire à celle du contrat et de l'expérimentation.

La diversité des situations interdit à la « rue de Grenelle » de vouloir seule, faire avancer 12 millions d'enfants et 1 million d'enseignants et autres personnels aux mêmes rythmes.