Question orale sur le prix du lait

Quelles mesures pour ceux qui nourrissent les Français?

image gauche
Monsieur le Premier Ministre,
 
Ma question associe tous les députés des secteurs ruraux et d’élevage et en particulier, Dino Cinieri, Paul Salen et François Rochebloine.
 
Le 28 mars dernier, devant les français sur France Télévision, le Président Hollande a tenté de reprendre la main sur un destin qui lui échappe chaque jour davantage.
 
Il nous a parlé de sa boîte à outils, comme si la situation de la France devait être confiée à un bricoleur du dimanche.
 
Mais avez vous pris conscience, Monsieur le Premier Ministre qu’à aucun moment, je dis bien à aucun moment, lors de cette interview télévisée, le président de la République n’a parlé d’agriculture et de la crise que traverse les éleveurs ?
 
A aucun moment le président n’a même évoqué la ruralité et les difficultés que rencontrent des millions de gens à qui vous semblez tourner le dos.
 
L’élevage français est en crise, et les producteurs laitiers sont eux au bord de la désespérance.
 
Ce vendredi 12 avril dans la Loire, les producteurs laitiers sont venus crier en masse leur crainte.
 
Plusieurs milliers d’entre eux ont fait le déplacement à Feurs et les élus de votre majorité étaient tout simplement absents.
 
Le compte n’y est pas et le prix du lait actuel ne couvre plus les frais de production, tant les charges ont augmentées depuis près d’un an.
 
Aliments, fertilisants, carburants : les prix se sont envolés. Celui du lait n’a pas suivi.
 
Vous avez la charge de défendre l’agriculture de notre pays monsieur le Premier Ministre.
 
Que faites vous, à part parler patrimoine des élus, mariage pour tous, cumul des mandats et autres sujets dont les français n’ont que faire ?
 
Une augmentation de 30 euros les milles litres est jugée aujourd’hui vitale pour couvrir l’explosion des charges.
 
A titre d’exemple, cette augmentation aurait une répercussion de seulement 2 centimes sur le prix d’un litre de lait payé par le consommateur ou de 1.3 centimes sur le prix de 4 pots de yaourt.
 
A ce titre, comparativement les laitiers Italiens perçoivent près de 100 euros de plus


les milles litre et les éleveurs allemands près


de 50 euros de plus que nos français.
 
La crise est là et n’attendra pas le futur projet de loi sur l’avenir de l’agriculture.
 
Quelles mesures d’urgence avez vous décidé de prendre pour venir en aide à ceux qui nourrissent nos concitoyens ?