Manuel Valls a gravement perdu son sang-froid en insultant l'opposition

Manuel Valls se croit dans une cours de récréation

image gauche

La majorité UMP à l'Assemblée Nationale condamne l'attitude lamentable de Manuel Valls qui a perdu ses nerfs quand il a été sommé de s'expliquer sur la hausse brutale de la délinquance en France. Ce bilan consternant est dû au climat d'impunité entretenu par Madame Taubira et Monsieur Valls : quand on détruit notre arsenal pénal, le message de laxisme est malheureusement parfaitement reçu par les délinquants. Que la gauche le veuille ou non, les 6 premiers mois de François Hollande sont marqués par une explosion de l'insécurité sans précédent depuis l'ère Jospin. Après 6 mois de rodomontades médiatiques, Manuel Valls est mis face à ses propres insuffisances.

Plutôt que d'assumer ses responsabilités et la réalité de ses résultats, Manuel Valls a d'abord tenté de remettre en cause les instruments statistiques de mesure de la délinquance, qui étaient pourtant les mêmes que sous Nicolas Sarkozy. Voyant que cet artifice ridicule ne prenait pas, il a ensuite violement insulté l'opposition l'accusant « d'être responsable du retour du terrorisme ».

Cette accusation est indigne d'un ministre de la République. La lutte contre le terrorisme est le combat de toute la Nation et ne doit pas faire l'objet d'une instrumentalisation partisane comme vient de le faire Monsieur Valls.

François Hollande a l'occasion, lors de sa conférence de presse, de remettre les pendules à l'heure après ce énième dérapage inacceptable d'un de ses ministres.