ce nouveau passage en force prouve une nouvelle fois l'improvisation quotidienne du gouvernement

Loi Macron

image gauche

Le gouvernement a décidé une nouvelle fois d'abuser du 49.3 en deuxième lecture de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, après l'avoir fait en 1ère lecture.

 

Il le fait dans la précipitation, sans concertation, alors même que des mesures nouvelles, sur des sujets majeurs pour les patrons comme pour les salariés ont été ajoutées. Ce nouveau passage en force, prouve une nouvelle fois l'improvisation quotidienne du gouvernement, son incompétence et met en évidence le constat d'une majorité perdue depuis des mois !

 

Parmi ceux-ci, l'obligation de majorer de 30% la rémunération des salariés de commerces alimentaires qui travaillent le dimanche.

 

Malgré l'avis contraire du Sénat, le gouvernement avance tel un rouleau compresseur sans soucier ni de la démocratie ni de l'impact économique d'une telle décision.

 

L'article N°76 aura des répercussions catastrophiques sur la proximité, l'économie et l'emploi.

 

L'ouverture le dimanche permet aux commerces de proximité de générer 25% de leurs chiffres d'affaires annuel. Conscient de l'effort que faisaient leurs salariés pour venir travailler ce jour, patronat et syndicats s'étaient mis d'accord pour compenser le travail dominical en revalorisant les grilles salariales, en souscrivant à des complémentaires santé et en cotisant à des régimes de prévoyance avantageux. Contraindre les TPE PME à augmenter les rémunérations de 30% reviendrait à compenser deux fois le travail dominical et signer la fin de tous les bénéfices liés à l'ouverture de fin de semaine.

 

Alors que le gouvernement aspire à réduire le chômage et favoriser la création d'emplois, avec cette décision il se produira l'effet inverse. Les patrons préfèreront fermer un jour de plus par semaine et détruiront des dizaines de milliers d'emplois.

 

En tant que secrétaire national aux petites et moyennes entreprises des Républicains, j'appelle le gouvernement à retrouver la raison. Il en va de l'avenir des salariés de ces entreprises, de la proximité, du dynamisme économique de nos centres villes et de nos villages, sans oublier la pérennité de ces TPE – PME.

 

 

 

 

http://www.republicains.fr/actualites_loi_macron_majoration_20150618