François Hollande, meilleur Président... de la 4ème République

La France va t'elle connaître un scénario similaire en 2013 ?

image gauche

Il y a 55 ans, la 4ème république agonisait, victime de ses faiblesses institutionnelles et de ses erreurs.

La France va t'elle connaître un scénario similaire en 2013 ?

Beaucoup d'éléments pourraient le faire croire tant la dégradation de la situation a été rapide depuis dix mois.

Comme en 1958, la France vit une triple crise :

  • Une crise économique et sociale avec des orientations et des choix effectués en mai 2012 qui s'avèrent aujourd'hui totalement inopérants et qui ont tué l'espoir d'une reprise de la croissance en 2013. Avec la baisse du pouvoir d'achat et l'augmentation du chômage, ce sont les catégories les plus modestes de la population qui une fois de plus sont victimes de la gauche ;
  • Une crise morale profonde dont l'affaire Cahuzac a montré l'ampleur. Le temps de la gauche morale, de la gauche vertueuse, de la gauche des bons sentiments est désormais révolu. Plus aucune leçon de morale ne pourra être donnée par les socialistes et nous n'accepterons plus les attaques sur le gouvernement «des « riches » ;
  • Enfin, une crise d'identité à la fois à l'intérieur de l'hexagone (perte des valeurs, perte des repères, peur de la mondialisation et crainte de l'avenir) et sur la scène internationale (depuis dix mois, la France n'existe plus et n'est plus reconnue à sa juste place sur la scène mondiale).

Mais il reste une grande différence entre 1958 et 2013 : c'est la solidité de nos institutions ; c'est la capacité donnée au Président de la République d'impulser, d'agir et de fixer un cap pour la nation.

Malheureusement, François Hollande n'en fait rien : il se comporte comme Vincent Auriol ou René Coty, qui eux étaient dans leur rôle. Balloté par les évènements, sans ressort, sans vision, sans autorité, François Hollande est bien le meilleur Président... de la 4ème République.