L’économie n’est pas l’ennemi à abattre

La Cour des Comptes rappelle à François Hollande à l'ordre

image gauche

Le rapport qu’a rendu hier la Cour des Comptes sur le marché du travail est une bonne et une mauvaise nouvelle.

C’est une bonne nouvelle, parce qu’une institution que l’on ne peut soupçonner de partialité rejoint le constat fait depuis longtemps par l’UMP : le programme de François Hollande n’est pas à la hauteur des enjeux en matière d’emplois. Nous avions déjà fait l’expérience des contrats aidés dans le secteur non-marchand. La Cour des Comptes souligne qu’ils n’ont «pas permis d’obtenir des résultats satisfaisants en termes d’insertion durable dans l’emploi». Les jeunes sortent trop souvent de ces contrats sans qualification, sans formation et donc sans meilleur avenir.

La mauvaise nouvelle, c’est que l’on perd chaque jour plus de temps. François Hollande persiste à mettre en œuvre des dispositifs coûteux et inutiles. Notre économie réclame des entrepreneurs qui créent de la valeur et des salariés qualifiés qui se forment tout au long de leur vie. Mais le Gouvernement persiste à favoriser l’assistanat et à se concentrer sur le secteur non-marchand.

Depuis qu’il a été élu, le Président agit comme si l’économie n’entrait pas dans son périmètre d’action, ou pire, comme si les entreprises étaient les ennemies. Et depuis qu’il a été élu, 1000 personnes supplémentaires sont touchées par le chômage chaque jour.