un discours en contradiction avec les faits

La Conférence sociale et la promesse de faire de l'apprentissage une priorité

image gauche

La vaste comédie qui s'est jouée ces derniers jours autour de la Conférence sociale marque l'échec calamiteux du gouvernement de Manuel Valls et de son Président collaborateur, François Hollande. Le seul sujet qu'on retient ce matin est celui de l'apprentissage : les promesses en faveur de ce dispositif sont en contradiction totale avec les faits, lorsqu'on sait que le Gouvernement n'a cessé d'affaiblir ce dispositif depuis 2 ans. De qui se moque-t-on en croyant que les discours font changer la réalité gouvernementale depuis 2 ans ?

La mesure phare de ce sommet, sur l'apprentissage, est une sévère sanction à l'égard des politiques récentes et révèle à quel point elles ont échoué.

Le bilan socialiste parle de lui-même : les contrats d'apprentissage ont baissé de 8 % en 2013 et la DARES prévoit une baisse encore plus importante en 2014. A titre d'exemple, lors de la récession économique de 2009, le nombre d'apprentis a baissé de 10 000, et non de 24 000 ( !) comme en 2013. Le Gouvernement socialiste a d'ailleurs raboté de 550 millions les aides accordées aux entreprises pour l'apprentissage : c'est la plus grosse économie du budget 2014! L'exécutif a préféré miser sur les emplois d'avenir, en leur consacrant 1,3 milliard, sans parler des autres dispositifs qui ne fonctionnent pas (emplois francs, contrat de génération). Ces choix politiques sont catastrophiques.

Le revirement de Manuel Valls, lors de cette Conférence sociale, illustre donc à quel point ce Gouvernement ne sait pas où il va et n'assume aucune ligne économique claire, majoritaire et durable.