Yves NICOLIN dénonce les critiques hypocrites du Gouvernement à l’encontre de la direction de France Télévisions

Des propos irresponsables

image gauche

Ce matin, sur RTL, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti s’en est pris ouvertement et durement à la gestion interne du groupe France Télévisions en exigeant « un plan stratégique avec des missions de service public ».

Par cette attaque d’une rare violence, la ministre veut faire porter le chapeau à la direction de France Télévisions et notamment à son président-directeur général, Remy Pflimlin, bouc émissaire désigné, des décisions budgétaires catastrophiques prises par le Gouvernement pour France Télévisions. Car l’augmentation de la redevance, payée par tous les Français, ne sera pas suffisante pour compenser la baisse historique de la dotation budgétaire de l’Etat à France Télévisions dans le projet de loi de finances 2013. Cette baisse des moyens de France Télévisions se traduira mécaniquement par une réduction importante et à court terme des effectifs du service public audiovisuel et impactera négativement les investissements de France Télévisions dans la création. Ce sont ces décisions que le Gouvernement n’assume donc pas !

En outre, alors que la gauche au pouvoir n’a eu de cesse pendant 5 ans de prodiguer ses leçons d’indépendance à l’ensemble des entreprises du service public, la ministre se comporte aujourd’hui comme la directrice des programmes de France Télévisions ! Ce n’est évidemment nullement le rôle de l’Etat.

Les promesses du printemps ont désormais laissé la place aux désillusions de l’automne : François Hollande est bien le fossoyeur de l’audiovisuel public.