Le gouvernement est sourd face à la crise agricole

Communiqué de Presse

image gauche

Le monde agricole est en crise et depuis plusieurs semaines nos éleveurs Français ont lancé des cris d’alarme et de détresse. Le Roannais n’y échappe pas, avec il y a quelques semaines le blocage de la SICAREV, aujourd’hui celui des routes au niveau de la RN82 à Balbigny et la RN7 à Mably. Ces actions fortes et symboliques qui se généralisent dans notre Pays auront eu le mérite d’attirer réellement l’attention du Président de la République et de son Ministre de l’Agriculture qui semblent enfin prendre en considération nos agriculteurs au bord de l’étranglement.

Le 10 juillet dernier, Yves NICOLIN, Député du Roannais, comme 178 de ses collègues parlementaires Républicains ruraux ont cosigné l’appel de François FILLON au Président de la République :

« Au-delà des agriculteurs, toujours sous pression comme premier maillon de la chaîne, chacun des acteurs des filières agroalimentaires doit prendre ses responsabilités, industriels et distributeurs. Tous les leviers d’actions doivent être activés pour permettre aux agriculteurs de passer cette période de crise. En particulier, le non-respect d’accords conclus entre les acteurs de filières agroalimentaires, et notamment celui du 17 juin dernier sous l’égide du Ministre de l’Agriculture, est vécu comme une trahison. Toutes les clauses de renégociations de prix doivent être activées pour une meilleure répartition de la valeur au sein des filières. (…) »

« Les autorités françaises doivent également se battre pour qu’au niveau européen la situation de crise soit reconnue et que des mesures efficaces soient enfin actées. (…) »

« A l’heure où tous les yeux sont légitimement tournés vers la Grèce, n’oubliez pas également ceux qui, dans nos campagnes, appellent au secours. »

L’agriculture française est un fleuron de notre Nation qui pèse dans notre économie mais qui, avant tout, représente des hommes et des femmes qui aiment leur métier et qui n’aspirent qu’à l’exercer pour pouvoir en vivre et pas seulement à coup de subvention.