Annonces sur l'emploi : François Hollande joue le sien

image gauche

Depuis mai 2012, François Hollande a annoncé 17 plans relatifs à l'emploi (formation des chômeurs, emplois d'avenir, contrats de génération, plan pour l'emploi des séniors, garantie jeune ...) alors que, dans le même temps, le nombre de chômeurs a explosé de plus de 1 119 600.

Prime à l'embauche : les entreprises demandent avant tout la baisse de leurs charges et la simplification administrative. Leurs conditions sine qua non pour embaucher ? Des carnets de commandes qui se remplissent, de la lisibilité dans le temps et la possibilité de rompre le contrat de travail en cas de coup dur. Les réformes doivent donc porter sur le soutien à la compétitivité, sur l'introduction d'une souplesse dans la rupture du contrat de travail et sur les modalités d'indemnisation du chômage. François Hollande dit vouloir « éviter que la reprise du travail ne fasse perdre des droits ». Son obsession devrait être que les chômeurs retrouvent du travail, y soient incités, et qu'un travail soit mené sur la promotion de la mobilité professionnelle et géographique.

Apprentissage : le grand méprisé des premières années du quinquennat de M. Hollande qui lui a préféré les contrats aidés. Dévalorisation de la filière apprentissage, suppression de l'aide à l'embauche d'un alternant supplémentaire, réduction du crédit d'impôt apprentissage. Résultat : – 8 % d'apprentis en 2013 et – 3 % en 2014. Un exemple, dans ma circonscription, nous attendons le soutien de la Région Bretagne (socialiste) pour ouvrir une formation en apprentissage en maintenance industrielle ; les entreprises sont prêtes à embaucher les jeunes à l'issue. Décision le 22 janvier. Nous jugerons aux actes puisque les Régions sont mises à contribution.

Formation : là encore une loi a été votée, qui n'a manifestement pas corrigé les faiblesses d'un système qui coûte 32 milliards d'euros ! Chacun reconnait que les objectifs chiffrés ne tiennent pas la route et s'accorde à dire que la mise en œuvre sera complexe et coûteuse pour des résultats plus qu'aléatoires. Une seule solution : associer les entreprises aux formations et ne former qu'aux compétences qui permettent de décrocher un emploi.

Pour ce énième plan, auquel 77 % des Français ne croient pas, François Hollande a annoncé 2 milliards de dépenses supplémentaires... Sans nous dire où il les prend !

Commentaires

Soyez le premier à commenter cet article.

Laisser un commentaire

Nom ou pseudo :


Adresse email :


Code de vérification * :
Captcha   Recharger
(recopier le code ici)
Commentaire :