Vous êtes ici :

Archives

le cinglant aveu de Madame Aubry

Réforme des rythmes scolaires

image gauche

L'entretien que Madame Aubry, maire de Lille, accorde aujourd'hui au journal Le Monde, dans lequel elle explique que sa ville n'appliquera pas la réforme des rythmes scolaires à la rentrée prochaine est un aveu cruel de l'impréparation de la réforme de Vincent Peillon.

En voulant précipiter les choses, le ministre de l'Education nationale a oublié de prendre en considération l'organisation des collectivités locales. Les réticences de Madame Aubry montrent, avec force, combien Monsieur Peillon administre la politique éducative de manière parfaitement centralisée, sans aucun souci de gestion de proximité.

Le maire de Lille relève, avec une fausse innocence honnête, l'ensemble des défauts d'un texte préparé par idéologie, pour le principe de contredire le précédent Gouvernement : les élèves n'ont pas été pris en compte. En voulant faire vite, Monsieur Peillon a fait mal.

Le soutien sans faille présenté in extremis par Madame Aubry est bien ironique. Ce n'est certainement pas un hasard si elle y associe la création de 60 000 postes : chacun sait qu'elle y était très fermement opposée !