Vous êtes ici :

Archives

Le gouvernement décide de diluer la politique de transparence et d'ouverture des données publiques

Faites ce que je veux c'est moi qui décide

image gauche

Le gouvernement décide de diluer la politique de transparence et d'ouverture des données publiques (open data) engagée par Nicolas Sarkozy et François Fillon

L'annonce de la dilution de la mission Etalab, voulue par Nicolas Sarkozy, chargée de faire la transparence sur le fonctionnement de l'Etat, dans un grand “secretariat général à la modernisation de l'action publique” sans ambition, sans décision concrète, et sans action politique réelle, apparait encore une fois comme une opération de communication du gouvernement.

Le précédent gouvernement avait initié une véritable démarche, courageuse et ambitieuse, d'accès aux informations publiques pour rendre des comptes aux citoyens.

Grâce à la volonté du précédent gouvernement et à l'action d'ETALAB, la transparence a été faite sur les dépenses détaillées du budget de l'Etat, les subventions versées par l'Etat aux associations, le nombre de postes et la masse salariale des cabinets ministériels, les actes de délinquance et de criminalité constatés par les services de police et de gendarmerie, la liste des biens immobiliers de l'Etat, les aides agricoles versées au titre de la PAC, les dépenses de santé et les frais d'hospitalisation remboursés…

Les données publiques, carburant essentiel de l'économie numérique, permettent le développement de nouveaux services en ligne utiles aux usagers. L'innovation est le moteur de la croissance. L'excellente initiative d'Etalab de rassembler les acteurs de l'innovation pour encourager le développement de projets à partir de la réutilisation des données ne doit pas être –sous aucun prétexte- être abandonné.

Internet, et les nouveaux usages comme l'open data, contribuent fortement au renouvellement de la démocratie en rapprochant les citoyens des institutions. Cette action doit être poursuivie avec la même volonté et ambition.

Il est fort à craindre que la décision prise aujourd'hui par le gouvernement de dilution des missions d'Etalab au sein d'une plus grande structure lui retire le poids politique absolument nécessaire à la conduite des projets de transparence du fonctionnement de l'Etat.