Vous êtes ici :

Archives

Quand le Ministre du redressement productif organise l'expulsion des entreprises de France

Après casse toi pauvre riche, casse toi investisseur

image gauche

On savait que François Hollande n'aimait pas les riches ; c'est au tour d'Arnaud Montebourg de clamer sa détestation des entreprises, en déclarant dans les colonnes des Echos : « nous ne voulons plus de Mittal en France ». Comme si la France pouvait se passer d'investisseurs. Comme si Monsieur Montebourg pouvait se permettre d'insulter les entreprises étrangères.

Pour justifier son incapacité à réformer notre pays et à apporter des réponses adaptées, le Gouvernement socialiste est entré dans une surenchère verbale et vaine pour jeter l'opprobre sur les entreprises : après Peugeot cet été, c'est Mittal cet automne. Ces attaques démagogiques s'ajoutent à une stratégie d'oppression fiscale, comme on l'a vu avec les Pigeons, et d'étouffement entrepreneurial, comme le gouvernement le fait contre les auto-entrepreneurs.

Il faudrait rappeler à Arnaud Montebourg que « Plus de Mittal en France », c'est 20.000 emplois en moins pour les Français (sans compter les partenaires !).

Ces attaques révèlent combien la politique économique du Gouvernement n'a pas d'autre cap que les coups de menton du Ministre du redressement productif. A ce rythme, on se demande quelles entreprises resteront en France ! On se demande qui créera encore une entreprise dans notre pays !

Cette lutte idéologique d'un autre âge doit cesser !